1 résultat

VICO, Enea

Discorsi di M. Enea Vico parmigiano. Sopra le medaglie de gli antichi divisi in dve libri. Ope si dimostrano notabili errorri di scrittori antichi , e moderni, intorno alle historie Romane. con dve tavole, l'vna de capitoli, l'altra delle cose piv notabili. Al magnanimo et invittiss. Signore, il S. Cosimo de Medici, Dvca II. de Fiorenza. O.P.D.P. - 1555

Vinegia [Venise], appresso Gabriel Giolito de Ferrari, et fratelli, MDLV [1555], 2 livres en 1 vol. in-4° (21 x 16,5 cm) composé comme suit : 1 f. de titre avec marque d'imprimeur-librairre, 1 p. de dédicace 'Al gran cosimo de medici dvca II. di fiorenza., 1 p. de frontispice, p 5-10 : préface dédicatoire à Cosme II de Médicis (daté du 21 avril 1555), p. 11-12 : préambule, p. 13-16 : tables des chapitres, auteurs, personnes et collections de médailles cités dans l'ouvrage, p. 17-72 : livre premier, p. 73-111 : livre second, p. 112 : erreurs survenues lors de l'impression, 7 f. : 'tavola di tvtte le cose particolari della presente opera', 1 p. de colophon. Cahiers signés : *, A--I, K-P. Edition originale con privilegio de ce traité de numismatique, l'un des premiers en italien. Il édicte notamment les règles permettant d'authentifier les médailles anciennes. Avec Sebastiano Erizzo, Vico est considéré comme fondateur de la critique numismatique. En 1560, il poursuit ses recherches et publie Commentaires sur les anciennes médailles des empereurs romains. L'éditeur proposera une seconde édition du présent traité en 1558, tandis qu'à Paris, Macé Ruette en produit la première édition française en 1619. Texte orné d'un remarquable frontispice gravé au burin représentant Cosme II de Médicis, de bandeaux et nombreuses lettres ornées. La marque d'imprimeur occupe quant à elle l'essentiel de la page de titre : un phoenix face au soleil sur les flammes émanant d'un globe ailé portant les initiales GGF. Sur des phylactères figurent les devises 'De la mia morte eterna vita I vivo' et 'Semper eadem'. Vico, Enea (1523-1567) : graveur, éditeur et numismate, né à Parme et décédé à Ferrare. Installé très jeune à Rome, il travaille pour des éditeurs-marchands d'imprimés tels que A. Barlacchi et A. Salamanque. Il est formé principalement par l'étude des gravures sur cuivre par Marcantonio Raimondi et son école. Il séjourne à Florence vers 1545, où il est l'élève de Tommaso Barlocchi et travaille à la cour de Cosme de Médicis. Il s'installe ensuite à Venise puis à partir de 1563, à la cour d'Alphonse II à Ferrare. Il reste environ cinq cents gravures burin de Vico : portraits, séries de vases anciens, pierres précieuses et camées, gravures d'œuvres de Raphaël, Michel-Ange, Salviati, etc. dont la collection Les images des femmes augustes (tirées de médailles romaines, 1557). Giolito de Ferrari, Gabriele & fratelli : éditeurs, actifs entre 1550 et 1562 à Venise. Les frères de Gabriele étaient Giovanni Francesco et Bonifacio. Faisait aussi partie de l'entreprise Giovanni Cristoforo, demi-frère des précédents. Notes manuscrites marginales en latin ?, à la plume dont l'encre est parfois brunie, d'un personnage non-idenfifié.

Exemplaire complet, bien conservé (absence de déchirures ou lacunes), en reliure de conservation contemporaine (2020) de papier vergé artisanal muet. Edition originale, beau témoignage de l'effervescence intellectuelle et esthétique du milieu du XVIème siècle en Italie. edit16.iccu.sbn.it/scripts/iccu_ext.dll?fn=10&i=27124 Envoi France métropolitaine : 12 euros (assurance comprise) Réf. du libraire : 11-5-6 (65)